Point d’étape sur les objectifs de Programmation pluriannuelle de l’énergie géothermique

-A A +A

Dans le cadre de la prochaine révision de la prochaine Programmation pluriannuelle de l’énergie (PPE), actuellement en débat public, ENGIE Réseaux et le SER, associés au Conseil européen de l’énergie géothermique (EGEC) et à la ville de Villepinte se sont réunis le 24 mai dernier, pour faire un point d’étape.

Ainsi, lors d'un point presse, ils ont souligné le rôle que joue la géothermie dans l’atteinte des objectifs de la PPE et la place qu’occupe la France en Europe sur ce marché.

Grâce à son expérience dans le Bassin parisien (aquifère du Dogger), la France dispose d’un leadership mondial qui la classe au premier rang européen, hors Islande, pour la quantité de chaleur géothermique valorisée par ses réseaux de chaleur.

Elle dispose d’environ 70 installations géothermiques dédiées au chauffage urbain, réalisées pour l’essentiel dans les années 1980, et qui assurent la couverture des besoins de plus de 300 000 équivalent-logements, dont plus de 187 000 équivalents logements en région parisienne, ce qui correspond à plus de 240 000 tonnes de CO2 évitées annuellement.

En 2015, le marché total de la géothermie représente 388 M€, contre 282 M€ en 2013 (+38 %).

Dans ce contexte, Philippe Dumas, secrétaire général de l'EGEC, "espère que lors de leur rencontre, le 11 juin prochain, les ministres européens et français chargés des questions énergétiques, se mettent d'accord sur un ambitieux objectif de 35 % d'énergies renouvelables dans la consommation énergétique en 2030."

A la veille des journées portes ouvertes proposées au grand public, ENGIE Réseaux et le SER ont également organisé une présentation du réseau de chaleur de la ville de Villepinte (Seine Saint Denis), alimenté à 64 % par l'énergie géothermique (soit 11 MW sur une puissance totale de 40 MW) et géré par ENGIE Réseaux.

Ce réseau de chaleur fournit le chauffage et l’eau chaude sanitaire, via 52 points de livraison au long de 7 km de réseaux à 5200 équivalents logements.

Source : EGEC