Route du futur : le projet de route géothermique lauréat

-A A +A

Les 4 premiers lauréats de l’appel à projets "Route du futur" opéré par l’ADEME dans le cadre du Programme d’investissements d’avenir (PIA) en 2016, ont été présentés le 8 décembre dernier.

Ces projets doivent permettre de développer des solutions industrielles innovantes et ambitieuses pour réduire l’impact environnemental des infrastructures routières et accompagner la transition énergétique du secteur routier.

Parmie les lauréats, le projet Novatherm, ou "Route à énergie positive (Power Road)", coordonné par EUROVIA, vise à développer une chaussée intégrant un échangeur thermique dans ses couches de surface, couplé à un système de stokage intersaisonnier de chaleur, et capable de jouer le rôle de capteur d’énergie solaire thermique, en été, et d’émetteur de chaleur, en hiver.

Une chaussée en été peut atteindre 60 °C en surface et 40 °C sur ces 10 premiers centimètres. L'essence du projet consiste à gérer l'intermittence de l’énergie solaire, au plus près des besoins, grâce au caractère réversible du système, qui capte cette énergie thermique en été, via le capteur solaire thermique d'Eurovia, et la stocke dans le sol, via un champs de sondes géothermiques (stockage intersaisonnier de chaleur), pour la restituer en hiver.

Le système permet ainsi de : 

  • contribuer au chauffage de bâtiments privés et publics ou par exemple de piscines, via des pompes à chaleur géothermiques,
  • déneiger et mettre hors gel les routes et parkings, en hiver,
  • lutter contre les îlots de chaleur urbains, en été, en induisant une diminution de la température des chaussées.

Dans le cadre de ce projet qui a débuté en avril 2017, pour une durée de 4 ans, un premier démonstrateur est actuellement développé en Ile de France sur une surface de 500 m² sur la voie d’accès au parking poids lourds de la gare de péage de Saint-Arnoult (A10), sur le réseau Cofiroute (VINCI Autoroutes). Il doit permettre d'analyser les scénarii de captage de l'énergie solaire thermique et les échanges énergétiques entre les différents dispositifs (captage/émission par la chaussée, stockage géothermique, pompe à chaleur, bâtiment à chauffer).

En parallèle, des expérimentations à différentes échelles seront menées au CEA-TECH, pour mesurer et modéliser les échanges thermiques et la performance énergétique d'une route.

Un deuxième doit être développé sur une surface de 3000 m², sur un site à définir, afin de vérifier la faisabilité technique, thermique, économique et organisationnelle de l’innovation pour valider l'industrialisation du procédé.

Le projet est financé à hauteur de 1,8 millions d'euros par le PIA.

En savoir plus sur Power Road

Source : ADEME