Etape 6: Entretenir son installation

Tout appareil de chauffage ou de production d'eau chaude sanitaire doit être entretenu par des spécialistes à l'occasion de visites d'entretien.
Confiez son entretien à un spécialiste, c'est s'assurer d'un système performant qui durera plus longtemps.

Maintenance et contrat d’entretien, une affaire de spécialistes.

Dès la mise en service de l'installation, le maître d'ouvrage doit souscrire un contrat d'entretien couvrant l'intégralité des installations de forages et de génie climatique. Cette surveillance et entretien doit être faite par un professionnel qualifié tous les ans.

Pompe à chaleur

Une à deux fois par an, il est important de vérifier :

  • l'état d'encrassement des filtres, de l'evaporateur et du condenseur ;
  • fonctionnement des voyants et des dispositifs de controle et d'alarme ;
  • du niveau d'huile, de la pression de fonctionnement des intensités de demarrage et nominale

Ces visites permettent un entretien préventif de :

  • la charge en fluide frigorigène et de l'étanchéité du circuit
  • le réglage du détendeur
  • les réglages de sécurité (HP, BP, vanne d'inversion de cycle)

Cette vérification est obligatoire pour les machines contenant plus de 2 kg de fluide frigorigène et ne peut être effectuée que par une entreprise qualifiée Reconnu Garant de l'Environnement (RGE) respectant la réglementation existante.
Comme la PAC, le chauffe-eau thermodynamique alimenté par géothermie doit également être entretenu régulièrement par un professionnel qualifié.

Que faire d’une PAC en fin de vie ?

Elle doit être démontée par un spécialiste qui récupérera le fluide frigorigène pour le recycler ou le détruire. En particulier, les PAC anciennes contiennent des fluides frigorigènes maintenant interdits. Ils doivent être récupérés par une entreprise habilitée à la manipulation des fluides pour être traités ou détruits.

Système à boucle fermé (échangeurs horizontaux, compacts, verticaux, champs de sondes)

La maintenance de ce type de système se réduit à :

  • chaque année: un contrôle des différents organes de régulation (pompes de circulation).
  • tous les trois ans, a minima, un contrôle de la mesure du point de congélation dans le circuit primaire est recommandé ainsi que du complément éventuel en antigel. Cette opération est généralement réalisée par l'installateur en chauffage ;
  • tous les cinq ans, le remplacement total du liquide caloporteur est recommandé;
  • en cas de fuite : une vérification de l’état des raccords en cas de détection de fuite(s) ;
Pour les sondes ou échangeurs verticaux, faites appel à un professionnel RGE Qualiforage sonde.

Système à boucle ouverte (échangeurs sur aquifère, eau libre...)

Afin de permettre une surveillance efficace de l'exploitation, il est important que l'installation soit instrumentée (mesure de debit, surveillance des puits) et que le programme de surveillance soit adapté au type d'aquifère capté et à ses conditions d'utilisation.

Chaque année minimum, il est nécessaire de vérifier :

  • les caractéristiques hydrodynamiques de chacun des forages (test hydraulique rapide réalisé au moyen de l’installation en place, détermination des nouvelles caractéristiques) ;
  • les niveaux d’eau (niveaux statique et hydrodynamique) pour le puits producteur ;
  • le tracé de la courbe caractéristique (« courbe de rabattement » pour le forage de prélèvement) ;
  • le test de réinjection. L’analyse de la courbe caractéristique et des tests de réinjection permettent de détecter les colmatages éventuels des ouvrages et d’engager les actions préventives et curatives.
  • le bon fonctionnement du compteur de débit d’eau pompée (filtre, perte de charge de l’échangeur, la régulation de vitesse de la pompe de forage)
  • les paramètres physico-chimiques des eaux pompées et rejetées (mesure de la température, du pH et de la conductivité) ;
  • la qualité de l’eau (contrôle visuel d’un échantillon prélevé avant filtration, contrôle de la présence de dépôts dans le filtre). En cas de doute sur la qualité de l’eau pompée, réalisation d’analyses d’eau adaptées (analyse physico-chimique, recherche de paramètres particuliers, analyse bactériologique…).

Ponctuellement, il est nécessaire de prévoir :

  • des inspections endoscopiques des forages ponctuelles ou périodiques (par exemple tous les cinq ou dix ans). Ces inspections peuvent être réalisées lors des opérations de remplacement des pompes.

Les opérations d’entretien sur des forages de captage et de réinjection sont déterminées en fonction des observations réalisées lors des opérations de surveillance (chute du débit spécifique, venues de sable…).

L'entretien doit être effectuée par un professionnel RGE Qualiforage nappe.

VALPAC : cahier des charges de suivi d'exploitation de pompe à chaleur

La mise en place d’un monitoring adapté permet de vérifier un bon fonctionnement de votre pompe à chaleur et à travers ça une exploitation correct de votre sous-sol.
Pour vous aider, le CSTB et l’ADEME, à travers le projet VALPAC, ont réalisé un cahier des charges présentant une méthodologie pour le suivi d’installations. Cet outil a été réalisé grâce aux retours d’expérience de suivi d’exploitations de différents systèmes géothermiques.
La méthodologie décrit à la fois les méthodes de calcul des performances, l’évaluation de l’impact environnemental, des coûts de l’opération ainsi que le vécu de l’installation par les occupants ou exploitants.
Les données à relever et à mesurer sont spécifiées en deux priorités : des données impératives et optionnelles.
Plusieurs schémas d’instrumentations sont proposés pour couvrir l’ensemble des PAC à évaluer.

>> le site Valpac du CSTB